Maxime Gorki, un révolutionnaire parlant d’un autre révolutionnaire ! Oct03

Tags

Related Posts

Share This

Maxime Gorki, un révolutionnaire parlant d’un autre révolutionnaire !

Sur une table traîne depuis plusieurs mois un exemplaire du journal Gavroche… Le numéro 45, celui du jeudi 5 juillet 1945.

Ce dernier affiche fièrement en première page un article de Maxime Gorki intitulé : « Stendhal écrivain révolutionnaire ». Sous cet énorme titre se trouve une gravure de Stendhal tirée du célèbre portrait de Johan Olaf Sodermark.

Qui est Maxime Gorki ?

Gorki est un écrivain russe soviétique, né en mars 1868 à Nijni Novgorod et mort en juin 1936 à Moscou. Il est considéré comme un des fondateurs du réalisme socialiste en littérature et un homme engagé politiquement et intellectuellement aux côtés des révolutionnaires bolcheviques.

À travers cette éloge stendhalienne, nous pouvons ressentir l’amertume de Gorki envers la bourgeoisie, certainement due à son enfance difficile. La racine « bourge » apparaît seize fois dans ce texte ! Normal donc qu’il nomme Stendhal de « révolutionnaire » sachant que ce dernier n’hésitait pas à dénoncer les inégalités de sa caste que se soit à travers « Le Rouge et le Noir » ou encore dans la « Vie de Henri Brulard » (entre autres).

Gorki démontre aussi que la présence de Stendhal sur le front russe lors de la campagne de Russie de 1812 n’a pas entaché l’image de ce dernier au sein des cercles littéraires russes.

Il dénonce la critique, le venin que certaines personnes déversait sur le style de l’auteur ainsi que sur ce dernier.  Zweig disait :

Que Stendhal écrivait « sans se soucier du style, de la forme, du relief, comme s’il s’agissait d’une simple lettre à un ami ».

Étrange que ce style si « plat » ait mené Zweig à rédiger un essai sur Stendhal (ainsi que Casanova et Tolstoï) s’intitulant : « Trois poètes de leur vie ».

Téléchargement

J’ai pris le temps de retranscrire l’intégralité de l’article, il est disponible en téléchargement (au format PDF).