Share This

Stendhal – Voyage dans le midi de la France – 1838

De son vivant, Stendhal fut l’incarnation de l’homme pressé. Le voyage dans le midi de la France garde un peu de celte hâte avec laquelle il a consumé sa vie. A le lire, on est pris de fourmis dans les jambes, on se sent l’humeur vagabonde.

Stendhal arpente le midi de la France en tous sens. Il promène un miroir au bord du chemin, et ses impressions jaillissent comme des feux d’artifice. Dans les moments perdus, en attendant les chevaux de poste, dans les églises, dans les diligences, il griffonne des notes filantes. C’est dans cette alacrité qu’il est le plus vif et le plus percutant.

On est à ses côtés à Bordeaux, Toulouse, Moissac, Agen, Dax, Auch, Montpellier, Grasse, Toulon, Cannes, Marseille, Tarascon, Avignon. Partout, on partage ses repas, on respire l’arôme de ses cigares, on arpente les sites en sa compagnie.

Par la grâce de sa plume, Stendhal nous fait découvrir autrement ce midi de la France auquel il tenait tant et dont il peint tous les hauts lieux.